Mandat

Le mandat du CDE, émanant initialement de la Convention de Lomé, puis élargi par l'Accord de Cotonou (Annexe III), positionne le Centre comme une institution conjointe ACP-UE consacrée à l'appui au développement du secteur privé dans les pays ACP.

Le Centre fournit des services non financiers (consultance, assistance technique, études, formation) aux entreprises ACP, particulièrement les PME et organisations intermédiaires (chambres de commerce, associations professionnelles, prestataires de services aux entreprises, etc.), ainsi qu'aux initiatives conjointes des opérateurs économiques des ACP et de l'UE. Conformément à sa stratégie, les secteurs économiques prioritaires sont l'agroindustrie, l'aquaculture, l'énergie verte, l'écotourisme et les TIC.

Les objectifs du CDE sont les suivants :

  1. accroître la compétitivé des entreprises privées ACP, facilitant ainsi leur accès aux marchés et au financement ;
  2. faciliter le partenariat d'affaires ACP-UE ;
  3. développer les services d'appui aux entreprises dans les ACP (renforcement des capacités des organisations du secteur privé et des prestataires de services techniques, professionnels, commerciaux, de gestion et de formation);
  4. soutenir les activités et les organismes de promotion des investissements ;
  5. appuyer les initiatives liées à l'innovation, au transfert de technologie et de savoir-faire, et à la promotion des bonnes pratiques en gestion des entreprises ;
  6. informer le secteur privé ACP des dispositions de l'Accord de Cotonou ;
  7. fournir des information aux entreprises européennes et aux organismes du secteur privé sur les possibilités et les conditions dans les Etats ACP.

Le CDE contribue également à l'amélioration de l'environnement des affaires, dans l'objectif d'aider les entreprises à tirer avantage de l'intégration régionale et du commerce, en:

  1. diffusant des informations sur les normes de qualité des produits ;  
  2. aidant les entreprises à répondre aux normes de qualité ;
  3. promouvant les réformes régionales et nationales de l'environnement des affaires, notamment en facilitant le dialogue entre le secteur privé et les institutions publiques ; et en
  4. renforçant les prestataires de services au plan national and/ou régional .