Rapport annuel 2002

Date: 
2002

L’année 2002 marquera assurément une étape significative dans la vie du Centre pour le Développement de l’Entreprise. En effet, après 25 ans d’appui au secteur privé des pays ACP, dans le cadre des conventions de Lomé, le Centre, dont les compétences ont été élargies par l’Accord de Cotonou, vient d’achever sa réforme, pour réussir son nouveau mandat.

Ainsi, son Directeur a été reconduit dans ses fonctions. Le Conseil d’administration, aussitôt installé, s'attelle à l’examen des textes fondamentaux : le statut du Centre, son règlement intérieur, son règlement financier et sa stratégie pluriannuelle.Tous ces documents sont le fruit d’une concertation étroite entre les États de l’Union européenne, la Commission, le CDE et les États ACP, qui ont ainsi pu faire valoir les priorités qu’ils estimaient devoir afficher pour les années à venir.

Je voudrais, ici, saluer ce travail collégial, qui justifie, si besoin en était encore, l’existence d’institutions conjointes ACP/UE, auxquelles nous, États ACP, sommes, depuis toujours, particulièrement attachés.

L’année 2002 aura également vu la mise en place du programme PRO€INVEST, élaboré et entrepris, au nom des États ACP, par la Commission européenne, qui en a, logiquement, confié la mise en oeuvre au CDE. Ce choix d’une Institution conjointe est pour nous une garantie que ce Programme prend et prendra en compte les besoins et aspirations de nos entreprises et organisations professionnelles, tout en bénéficiant des synergies évidentes avec les autres outils d’appui européens, notamment ceux du Centre.

Son lancement à temps par l’Unité spécialisée à l’intérieur du CDE m’a offert l’opportunité de souligner d’une part, l’intérêt de PRO€INVEST, qui doit aider les entreprises ACP les plus dynamiques à s’insérer efficacement dans l’économie mondiale, et, d’autre part, son actualité, au moment où s’ouvrent les négociations des Accords de partenariat économique (APE) entre l’Union européenne et les pays ACP.

Ces négociations, officiellement lancées le 27 septembre 2002, sont pour moi l’occasion de rappeler que les APE doivent, au-delà des concessions commerciales et des questions tarifaires, viser l’instauration d’un développement durable. Et ce développement, le secteur privé de nos pays en est un vecteur incontournable. C’est pourquoi le dispositif CDE/PRO€INVEST, qui dispose de moyens pour ce faire, doit, durant cette période, être le compagnon de route de nos entreprises pour les aider à se préparer à cet avenir, en les confortant dans leur modernisation, leur organisation, leurs efforts de prospection, l’acquisition des normes et labels qui leur permettront de s’implanter sur les marchés mondiaux.

C’est bien là un enjeu de taille auquel nous sommes maintenant confrontés. Cependant, je sais pouvoir compter sur le CDE pour, qu’à nos cotés, il se mobilise, comme il l’a toujours fait par le passé, pour aider le secteur privé de nos pays à se préparer à tenir son rôle de moteur du développement durable, dans le contexte nouveau que ne manqueront pas de dessiner les futurs accords de partenariat économique ACP-UE.

Jean-Robert Goulongana

Fichier attachéTaille
PDF icon Rapport annuel 20022.24 Mo
Region: